La RATP s'équipe de sacs anti-crues - 27 janvier 2015

Pour protéger certaines stations d'écoulements d'eau en cas de gros orages, la RATP a acheté des sacs Floodsax.

www.floodsax.fr

Le futur RER d'EOLE à du plomb dans l'aile - 26 janvier 2015
le futur RER d'Eole a du plomb dans l'ai[...]
Document Adobe Acrobat [222.1 KB]

Enfin !
J'avais posé la question de la liaison Gare de Nord - Gare de l'Est lors de l'IRC 2014 de la gare de l'Est. La représentante de la Mairie de Paris avait affirmé que le projet de Balcon Vert était relancé avec un hotel au lieu d'un immeuble de bureaux.
Il semble que cette nouvelle configuration se confirme. Si le projet de CDG Express était confirmé, cet emplacement serait effectivement idéal pour un hotel. La chaine d’hôtels Okko a été fondée en 2012 avec le soutien de Paul Dubrule, l'un des fondateurs du groupe Accor.

Dans le projet précédent (immeuble de bureaux), la terrasse dénommée "balcon vert" n'était pas parcourue par des flux importants de piétons. Elle constituait une sorte de promontoire au-dessus des voies de la Gare de l'Est.
Les voyageurs en transit entre la Gare du Nord et la Gare de l'Est continuait à emprunter la rue d'Alsace dont la dénivellation avec le quai 1 de la Gare de l'Est était mécanisée. On peut supposer que le nouveau projet reprend ces dispositions.

Où en est le prolongement à l'ouest du RER E - 26 janvier 2015

Vu dans la Lettre Confidentielle de Ville, Rail et Transports à propos du prolongement à l'ouest du RER E

 

... et le prolongement n'est toujours pas financé 

Interrogé en décembre 2014 sur le matériel prévu pour le RER E, Guillaume Pepy... nous dit : « ça redémarre début 2015 ». Et il fait remarquer que, comme le projet de prolongement du RER E à l’ouest n’est toujours pas financé, l’urgence de commander le matériel qui va avec n’est pas telle. De fait, la convention, qu’on voulait boucler en juin dernier, et qui doit être signée en juin prochain et n’est toujours pas ficelée. La Ville de Paris, regrette-t-on dans les bureaux de la région, se fait prier pour verser sa contribution. 
 

Commentaire : le principe d'une gare à la Porte Maillot pourrait être remis en cause.

Au-delà de sa pertinence en termes de fréquentation (il me semblerait aberrant de la supprimer), cette gare semble poser quelques problèmes.
Dessinée par Duthilleul, architecte SNCF, elle doit recevoir la lumière du jour, malgré sa profondeur. Très proche de la ligne M1, elle nécessitera, dans sa conception actuelle, des précautions techniques importantes (et sans doute couteuses) pour éviter tout désordre sur le métro.
De plus, la RATP a demandé une modification des correspondances telles que dessinées dans le projet actuel. Le couloir en provenance du RER aboutirait en queue du quai M1 vers La Défense. Or, l'arrière des rames M1 est déjà très chargé en raison de la sortie Gde Arche qui est elle-même en queue.
D'où des échanges "difficiles" entre RATP et SNCF sur cette gare.....
Sans oublier probablement d'autres difficultés.

Délégation Montreuilloise à Matignon - 21 janvier 2015

Ce 21 janvier 2015, la délégation Montreuilloise à Matignon, afin de remettre au Premier Ministre les cartes pétitions que nous signées et lui adresser un message clair : les Montreuillois ne veulent plus voir leurs projets de transports remis en cause ou retardés. Catherine Pilon, Patrice Bessac, Alain Fabre, Frédéric Marion.

Article où l'on apprend que la DUP de la ligne 15 sud est signée le 24 décembre (et publiée le 27 )

Amusant : travaux déclarés urgents mais expropriations autorisées pendant 15 ans ! C'est ça l'utilité publique : à la fois pressante et pérenne.
Ci-joint le courrier adressé à RFF (devenu SNCF infra) au sujet de la petite ceinture.- 19 janvier 2015
courrier_AUT_RFF_petite_ceinture.pdf
Document Adobe Acrobat [426.4 KB]
Ils sont les premiers expulsés du futur supermétro - 19 janvier 2014
expro_15 sud_leparisien 19 janvier 2015.[...]
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

Délégation à MATIGNON avec le Maire de Montreuil - 15 janvier 2015

Monsieur Patrice BESSAC, Maire de Montreuil organise une délégation à Matignon avec l'ADUTEC, afin de remettre au Premier Ministre les cartes pétitions que nous avons signées.

bessac matignon janvier 2015.pdf
Document Adobe Acrobat [84.1 KB]

Précision sur la tarification - 14 janvier 2015 ‏

Compte tenu du Passe Navigo unique, le titre Mobilis zone 1-2 à 7€ serait dézoné et cela deviendrait donc un titre journalier à 7€ sur toute la Région. J'en déduis qu'il fallait mettre en cohérence les tarifs des billets O/D afin de ne pas dépasser 7€ aller-retour.

En fait, une source bien informée m'a appris que le dézonage du Mobilis ne fait pas partie de l'accord Région-CCI !
Il est donc prévu en l'état de maintenir le zonage Mobilis avec les prix actuels ainsi que la grille tarifaire des billets O/D.

La situation sera donc pire que je pensais pour les non-abonnés.
Cela justifie encore plus une action de notre part, sous une forme à définir, pour pointer ces aberrations.
 

Le gouvernement veut accélérer CDG Express en légiférant par ordonnance - 13 janvier 2015
le gouvernement veut accélérer le projet[...]
Document Adobe Acrobat [215.0 KB]

L'article de Mobilicités précise que la modif par ordonnance doit permettre de changer le forme juridique du CDG Express, puisque la concession, prévue dans  la loi, n'est plus d'actualité.


Pour autant, çà n’accélère pas grand chose et laisse ouvert le sujet du financement. Ca ne change pas non plus le rôle du STIF.

Pour mémoire ci-joint, l'avis AUT de 2007.  Il reste largement valable.
Entre temps, le cout est passé de 600 M€ (valeur 2004) à 1600 M€.
Ça pose question sur "l'inflation ferroviaire"...

Marc
Avis sur le projet « CDG Express » soumis à enquête préalable à la déclaration d'utilité publique du 19 novembre au 21 décembre 2007 - AUT décembre 2007
avis_AUT_CDG EXPRESS décembre 2007 20[...]
Document Adobe Acrobat [30.2 KB]

La liaison directe Paris-Roissy  sur de bons rails

Une procédure express pour le CDG Express. C'est ce qu'à décidé le gouvernement pour boucler en 2023 cette liaison ferroviaire directe entre la gare de l'Est et le terminal 2 de l'aéroport Charles-de-Gaulle.

Le futur train mettra la capitale à vingt minutes de Roissy et facilitera la vie aux voyageurs, aujourd'hui contraints d'emprunter les autoroutes A 1 et A 3 souvent embouteillées ou un RER B pas toujours fiable.

Matignon veut passer à la vitesse supérieure. Le gouvernement a fait adopter lundi un amendement au projet de loi Macron pour la croissance et l'activité afin de pouvoir légiférer par ordonnance sur le CDG Express sans passer devant le Parlement. Objectif : permettre sa réalisation « dans un calendrier contraint guidé par des échéances à caractère international (en cas de candidature à l'organisation des Jeux olympiques ou d'une Exposition universelle) », selon Matignon.

Aéroports de Paris et la SNCF pilotent le projet. Serpent de mer, la liaison CDG Express a accumulé retards et déconvenues. Après cinq ans de travail, le groupe de BTP Vinci avait jeté l'éponge en 2011, faute de financements. Il y a un an, le ministre des Transports a relancé le projet en le confiant à Aéroports de Paris (ADP) et Réseau ferré de France (aujourd'hui SNCF Réseau). Les deux sociétés travaillent depuis octobre à la mise à jour des données (utilisateurs attendus, longueur des trains, fréquence...). « Le feu vert de la Commission européenne est prévu dans le courant de l'année. Une société de projet sera alors mise sur pied et on pourra commencer à construire », détaille-t-on chez ADP.

Un projet financé par une taxe sur les billets d'avion. Evalué à 1,7 Md€, le chantier débutera en 2017 et s'annonce complexe. Il se fera sans rupture du trafic ferroviaire. Sur les 32 km de la ligne, 8 km seront entièrement créées : une « virgule » entre la sortie de la gare de l'Est et le faisceau nord des voies SNCF et un tronçon entre Villeparisis (Seine-et-Marne) et l'aéroport. Le prix du billet s'élèvera à 24 € à l'ouverture de la ligne. L'Etat ne déboursera pas un sou pour financer la liaison qui ne devrait pas être rentable, au moins dans un premier temps. C'est pourquoi une taxe de 1 € sera prélevée sur chaque passager aérien (ils étaient 62 millions en 2013). « Sans cet équipement, l'aéroport Charles-de-Gaulle ne pourra pas se développer, fait-on valoir chez ADP. Et c'est un enjeu de compétitivité énorme pour la France, Paris et sa région. » On estime que 1 million de passagers supplémentaires à Roissy contribue à la création de 4 000 emplois en Ile-de-France.

La SNCF menace d'abandonner la modernisation de plusieurs grandes gares - 10 janvier 2015
la SNCF menace d'abandonner la modernisa[...]
Document Adobe Acrobat [138.7 KB]
2015, l'année où le supermétro va vraiment devenir réalité - 2 janvier 2015
GPE 2015-02 janvier 2015.pdf
Document Adobe Acrobat [2.8 MB]
Ci-joint un article du Parisien sur le Grand Paris Express en 2015.A ce sujet, j'ai mis en ligne l'avis AUT donné sur la ligne 16 avecquelques compléments :http://www.aut-idf.org/Ligne-16-du-Grand-Paris-Express