Grève SNCF - Remboursement du Pass Navigo: combien, quand et comment? - 18 mai 2018

Les associations d'usagers ont discuté jeudi avec les représentants de la SNCF et d’Île-de-France Mobilités du remboursement du Pass Navigo suite à la grève. Une question épineuse sur le fond comme sur la forme. Mais pour Bernard Gobitz, vice-président de l’Association des usagers des transports, c'est "à la SNCF de trouver le moyen".

 

"La balle est dans le camp de la SNCF". Après plus d'un mois et demi de grève qui a notamment impacté les utilisateurs du Transilien et du RER en Ile-de-France, les associations d'usagers demandent un remboursement du Pass Navigo.

Si la SNCF a annoncé qu'elle offrirait des réductions sur les abonnements TGV, TER et Intercités, la question du Pass Navigo est plus complexe. C'est notamment pour la résoudre que les associations d'usagers ont participé jeudi 17 à une réunion avec les représentants de la SNCF et d'Ile-de-France Mobilités (ex-Stif).

"Nous avons estimé le dédommagement à 60% du coût du Pass Navigo", explique à France-Soir Bernard Gobitz, vice-président de l’Association des usagers des transports (AUT). Soit un peu plus de 45 euros par mois de grève, qu'il justifie par le fait que même si la SNCF n'est en grève "que" deux jours sur cinq, les RER et Transilien sont également perturbés entre deux épisodes : "en pratique, on estime que ça représente plutôt trois jours sur cinq, donc 60% du prix"."D'autres associations ont réclamé 100% au nom des frais induits (nuits d'hôtel, taxis...)", ajoute Bernard Gobitz.

Ile-de-France Mobilités et sa présidente Valérie Pécresse "admettent qu'un dédommagement est nécessaire", précise-t-il. L'AUT attend désormais la réponse de la SNCF "le plus tôt possible".

Mais la question est épineuse puisqu'un abonnement Navigo "toutes zones" peut aussi bien être souscrit par un habitant de la grande couronne que par un Parisien qui n'utilise que le métro et est donc épargné par les grèves de la SNCF.

"On a demandé une modulation en fonction de la ligne qu'utilise l'usager. A la SNCF de trouver le moyen", juge Bernard Gobitz, reconnaissant que les voyageurs qui n'utilisent que le métro pourrait être exclus des remboursements.

Mais comment les titulaires du Pass Navigo pourront-ils justifier de leurs déplacements habituels et obtenir réparation ? "Il y a une formule à trouver qui n'est pas simple", concède Bernard Gobitz. Un éventuel remboursement pourrait donc se faire attendre, mais l'AUT souhaite rapidement une réponse "sur le principe".

Grand Paris : 170 élus de banlieue mobilisés pour le prolongement de la ligne 11 -18 mai 2018

Environ 170 élus de la banlieue est de Paris étaient mobilisés jeudi soir pour réclamer la relance du projet de prolongement de la ligne 11 du métro jusqu'à Noisy-Champs, dont l'abandon mettrait en péril selon eux de nombreux projets immobiliers et zones d'activités.

 

Réunis à Neuilly-sur-Marne (Seine-Seine-Denis), ces élus du territoire Grand Paris Grand Est, qui rassemble quatorze communes de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, ont voulu "marquer leur détermination et leur volonté forte de voir se réaliser le tronçon de la ligne 11 de Rosny-sous-Bois à Noisy-Champs", ont-ils indiqué dans un communiqué.

 

Ligne 11

En effet, si le dossier avance bien pour relier Les Lilas, actuel terminus de la ligne 11 du métro parisien, à Rosny-sous-Bois via Romainville et Montreuil, "la suite du parcours semble bien incertaine". Or, ce tronçon du Grand Paris Express est acté dans un décret publié en août 2011, relèvent les élus. Si des études ont conclu depuis que ce projet n'était pas rentable, ils soulignent que "l'intérêt du tronçon doit se calculer en l'intégrant à l'ensemble du projet" du futur supermétro, qui inclut la construction de quatre nouvelles lignes: la 15, la 16, la 17 et la 18.

 

Projets immobiliers

Surtout, "de nombreux projets immobiliers et zones d'activité pourraient en pâtir: les projets "Maison-Blanche" et "Ville-Évrard" à Neuilly-sur-Marne avec 7.000 logements, plus de 2.000 logements prévus à Villemomble, près de 3.000 à Champs-sur-Marne, un PRU (projet de rénovation urbaine, NDLR) des Fauvettes et 150 millions d'euros investis, les ZAC de Noisy-le-Grand, etc", selon les élus.

Ces derniers pointent du doigt une contradiction car si "l'État impose la construction de logements, cela doit aller de pair avec des infrastructures de transport modernes et qualitatives". La commune de Neuilly-sur-Marne, qui ne compte pas de gare sur son territoire, "illustre cette nécessité" selon eux.

Communiqué FNAUT Ile-de-France

Grève SNCF : une indemnisation des usagers franciliens à la hauteur des préjudices subis est indispensable


L’AUT - FNAUT Ile-de-France constate que la grève à la SNCF continue d'impacter fortement les deux millions d’usagers franciliens qui prennent habituellement le train  au quotidien. 

Depuis début avril, la grève, qui dure en principe 2 jours sur 5, génère en fait des perturbations 3 jours sur 5, voire même permanentes sur de nombreuses lignes. Les « alternatives »  proposées (covoiturage, bus, télétravail, vélo) peuvent dépanner à la marge mais ne peuvent pas remplacer les trains pour la grande majorité des usagers, vu les flux concernés.
 
La journée du lundi 14 mai, accompagnée d’une grève sur le RER RATP, a été une nouvelle fois éprouvante pour les usagers, avec des conditions de transport indignes dans certains cas.
 
Dans ces conditions, nous réclamons une indemnisation des abonnés qui soit à la hauteur des préjudices subis et du service non rendu. Le critère très restrictif prévu dans le contrat STIF-SNCF (indemnisation au prorata des jours où il y a eu moins de 33 % des trains aux heures de pointe) n’est pas acceptable.

Nous demandons un dédommagement équivalent à au moins 60 % du prix de l’abonnement d’avril, pouvant aller jusqu’à 100% sur les lignes ou branches qui ont eu très peu, voire pas du tout de trains, pendant plusieurs jours (ex : ligne R). Une indemnisation similaire est à prévoir pour le mois de mai, voire juin si la grève devait se poursuivre.
 
L'AUT/FNAUT Ile de France portera cette demande lors de la réunion qu’organise Ile-de-France Mobilités avec la SNCF et les associations d’usagers ce jeudi 17 mai.

Enquête publique du 4 juin au 6 juillet sur la future gare de Bry- Villiers- Champigny qui assurera la correspondance entre le Grand Paris Express (ligne 15 sud) et le RER E :

https://94.citoyens.com/2018/gare-de-bry-villiers-champigny-lenquete-publique-va-commencer-reste-a-financer,04-05-2018.html

 

RER C / Saint-Michel - Notre-Dame - 1 mai 2018

La station Saint-Michel - Notre-Dame du RER C a enfin rouvert après être
restée fermée durant près de 4 mois suite d'abord à la crue de la Seine
puis aux travaux de désamiantage menés la nuit par la SNCF.
A noter sur les quais, des appareils de mesure probablement destinés à
détecter la présence éventuelle d'amiante dans l'air (deuxième photo).