Présentation du Site de Maintenance et de Remisage, visite de la première rame et des aménagements urbains du Tram T10 à ChâtenayMalabry

 

Premier événement d’envergure de la ligne de Tram T10, la présentation du Site de Maintenance et de Remisage (SMR) et des aménagements urbains du Tram T10 a réuni Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France et Présidente d’Île-de-France Mobilités, Georges Siffredi, Président du Département des Hauts-de-Seine, Laurent Hottiaux, Préfet des Hauts-de-Seine et Carl Segaud, Maire de Châtenay-Malabry vendredi 20 janvier 2023.

 

L’occasion de découvrir la ligne et ses installations à quelques mois de la mise en service. Financé par la Région Île-de-France (49%), l’Etat (21%) et le Conseil départemental des Hauts-de-Seine (30%), le Tram T10 permettra de renforcer l’offre de transport dans le sud des Hauts de-Seine et d’accompagner les projets urbains de ce secteur en plein développement.

 

Elle offrira des correspondances avec le Tram T6 ainsi qu’avec le RER B et le Bus TVM à La Croix de Berny.

 

Exploiter, entretenir, remiser Centre névralgique du Tram T10, le SMR a été imaginé par le groupement AIA à l’issue d’un concours d’architecture.

 

Situé le long de l’avenue Paul Langevin à Châtenay-Malabry, entre le Carrefour du 11 novembre 1918 et le parc Noveos, cet « atelier-garage » comporte 3 infrastructures principales sur un peu plus de 3,5 hectares :

 

• une halle de maintenance de 7500 m2 environ, le poste de commande centralisé et les locaux du personnel, • une station-service avec postes de lavage, graissage et sablage,

 

• 7 voies de remisage permettant de garer les rames en dehors des périodes d’exploitation. Formé d’un long ruban de bardeaux de terre cuite qui délimite le site depuis la forêt domaniale de Verrières, les façades de la halle de maintenance s’intègrent à leur environnement naturel. Tandis que de grandes baies vitrées laissent entrer la lumière dans la partie consacrée aux bureaux du personnel et au poste de commande centralisé, la toiture végétalisée de la halle, soutenue par une charpente métallique, est elle aussi surplombée d’un toit de coussins qui garantissent un éclairage naturel dans le bâtiment. Équipé de systèmes de ventilation, de chauffage et de production d’énergie performants, le SMR a fait l’objet d’une double certification environnementale : le label BEPOS et la certification BREEAM Good.

 

Des aménagements et stations de qualité Au-delà du SMR, l’ensemble de la ligne de Tram T10 a été pensée pour prendre place au sein d’un environnement urbain comprenant notamment :

 

• des aménagements paysagers variés avec une plateforme végétalisée, des arbres d’alignement plantés,

 

• des voies de circulation, de larges bandes cyclables, et des trottoirs élargis pour garantir des cheminements sécurisés, • un mobilier urbain confortable, propre à chacune des villes traversées, C’est dans cet environnement urbain que les 13 stations du Tram T10 se dessinent.

 

Prochainement équipées de distributeurs automatiques de titres de transport et de panneaux d’information voyageurs, elles seront 100% accessibles aux personnes à mobilité réduite.

 

Vers la mise en service Les travaux du SMR et les travaux d’aménagements urbains et systèmes (revêtements de voirie, quais, stations, éclairages, mobilier…) s’achèveront à la fin du printemps. Dans le même temps, après plusieurs mois d’essais, le tramway effectuera sa marche à blanc, dernière série de tests avant sa mise en service, prévue mi-2023. Le Tram T10 reliera La Croix de Berny RER, à Antony, à la station Jardin Parisien, à Clamart, en 20 minutes.

 

Il proposera des correspondances notamment avec le Tram T6, le RER B et le Bus TVM. Le Tram T10 en chiffres

• 6,8 km

• 13 stations

• Antony - Clamart en 20 minutes

• Un tram toutes les 6 minutes aux heures de pointe

• 175 000 habitants concernés 

En discutant avec les responsables de l’exploitation du tram express T13, on trouve des pistes d'amélioration.

  • Dans la partie "urbaine" du T13, concrètement dans la Forêt de Saint-Germain, les intersections avec les allées et les routes sont protégées par de simples feux routiers. Cette disposition oblige les trams à les franchir à faible allure (40 km/h au lieu de 70 km/h). Par ailleurs, il n'est pas certain que tous les usagers respectent ces feux. En particulier les cyclistes sont tentés de ne pas respecter les feux rouges comme beaucoup d'entre eux le font malheureusement en ville. Pour améliorer la vitesse commerciale du tram et la sécurité à ces intersections sans créer d’embouteillage routier, on peut se demander si ces intersections ne pourraient pas être transformées en intersections barriérées comme cela existe déjà à Lyon sur le tronçon commun au tram T3 et au tram express Rhônexpress. L'intersection barriérée est une sorte de passage à niveau simplifié sans sonnerie et à temporisation réduite.
  • A Saint-Nom-la-Bretèche, correspondance avec la ligne L du Transilien. Nous avons constaté qu'une rame venait d'arriver et que seuls les passagers ayant pu courir jusqu’au tram avaient pu le prendre. Les autres devront attendre le tram suivant dans ... 20 mn. C'est la conséquence du respect impératif des horaires exigé par IdFM sous peine de pénalités. Cette règle se retourne ici contre les voyageurs comme cela avait déjà été constaté pour la correspondance entre le RER D et sa branche de Malesherbes à Juvisy et à Corbeil. Keolis nous a promis de voir avec IdFM s'il est possible d’assouplir cette règle et de permettre au conducteur du tram d'attendre une minute ou deux les voyageurs de la ligne L.
  • Le tram express T13 est alimenté en électricité par les installations de la ligne L. Conséquence : lorsque l’alimentation électrique de la L est coupée, par exemple pour travaux, le T13 est aussi privé de courant, y compris son SMR (Site de Maintenance et de Remisage) ! C'est le cas actuellement en soirée :

            

Du 2 au 27 janvier, la ligne 13 du tramway, qui circule dans les Yvelines, ne circulera pas entre 21h et 6h. La raison, des travaux sur la ligne L du transilien, qui nécessite des coupures de courant sur la zone desservie par la ligne, sur laquelle passe également le T13.

La ligne 13 du tramway n'a que quelques mois, pourtant, elle connaît déjà ses premières perturbations. Ouverte en juillet dernier, la ligne T13, qui relie Saint-Germain-en-Laye à Saint-Cyr-l'École, dans les Yvelines, sera fermée la nuit, du 2 au 27 janvier 2023. Plus précisément, le tramway arrêtera de circuler à partir de 21h, puis reprendra à 6h du matin. La raison, les travaux menés sur la ligne L du transilien. Comme le précise Le Parisien, les deux lignes utilisent la même alimentation électrique, et les travaux nécessitent forcément la coupure du courant, le T13 est donc forcé de s'arrêter également. 

Durant toute la durée des perturbations, la RATP met en place des bus de substitution sur toute la ligne pendant les horaires de fermeture. Lorsqu'il fonctionne normalement, le tram 13 cesse de circuler à partir de 1h du matin et reprend vers 5h. Comme le précise Le Parisien, cet arrêt n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour ceux qui vivent près du tracé de la ligne. Perçu comme trop bruyant par les riverains, ces derniers ont exprimé leur joie à la suite de cette annonce. « Nous allons enfin pouvoir dormir », a avoué Stéphane Gaultier, habitant proche de la ligne, au quotidien. 

 

          Serait-il possible que le T13 dispose de sa propre alimentation sans attendre sa phase 2 (Saint-Germain - Achères) ?

  • La validation des titres de transport ne se fait pas à bord des rames mais en station, ce qui est contraire aux habitudes prises par les voyageurs sur les autres lignes de tram en Ile-de-France (sauf le T11). Il en résulte un taux de non-validation (et non de fraude) élevé qui fausse les statistiques de fréquentation et diminue indûment la rémunération du transporteur basée sur le nombre de validations. il serait souhaitable que les rames soient équipées de valideurs comme la presque totalité des trams franciliens.

 

Du point de vue de la tarification, et donc de la validation, T11 et T13 (bientôt T12 ?) sont assimilés au reste du réseau ferré. Les tickets T+ n'y sont pas valables, il faut se munir de billets origine-destination. Avantage, un seul titre peut être utilisé pour un trajet incluant train, RER et tram express.

Terrassement du SMR du tram T1 à Montreuil et aménagement du bld urbain - 13 janvier 2023

Rénovation du conservatoire de Montreuil - 5 janvier 2023

l'ADUTEC, membre de la commission accessibilité de la ville de Montreuil à visiter le conservatoire ce 5 janvier en présence des techniciens d'Est Ensemble, du directeur des services technique de la ville, des techniciens du service accessibilité de la ville et de l'association Handicaps Ensemble.

Est Ensemble réalise la deuxième phase de la rénovation du conservatoire de Montreuil. Réaménagement complet du hall et de l’accueil, création de bureaux, cloisonnement de l’escalier, création de toilettes accessibles aux personnes handicapées… Un conservatoire rajeuni accueillera les élèves dès le 28 septembre.  

 

Inauguré en 1976 à côté du centre commercial Croix de Chavaux, le conservatoire de Montreuil ne laisse personne indifférent. Son architecture typique des années 70, imaginée par l’architecte Claude Le Goas, à qui l’on doit également à Montreuil la bibliothèque Robert Desnos, la Cité de la Noue ou l’immeuble d’activités Mozinor, est constituée de cellules parfaitement isolées acoustiquement les unes des autres qui hébergent les salles de musique.

 
Le conservatoire de Montreuil est un des équipements les plus étonnants du territoire. Est Ensemble a amorcé sa rénovation, qui durera trois étés. 


Les murs de ses escaliers, en béton moulè, ont été mis en valeur lors de la première phase de la rénovation du bâtiment grâce à la pose de luminaires LEDs l'été dernier. 

Le bâtiment, qui acueille chaque année près de 1 200 élèves en musique et en danse a cependant vieilli, et Est Ensemble qui en assure la gestion a lancé l’été dernier une grande rénovation qui se déroulera sur trois étés. Après le remplacement intégral du système incendie, la réfection des peintures et le remplacement des luminaires par des LEDs durant l’été 2018, place à la deuxième phase des travaux qui a démarré en juillet. 

Au programme : la rénovation complète du hall, avec l’aménagement d’une nouvelle borne d’accueil et la pose de luminaires en LEDs, pour un meilleur accueil des élèves. Mais également le cloisonnement de l’escalier menant au sous-sol pour des raisons de sécurité, la création de nouveaux bureaux et le déplacement du secrétariat au second étage, la réfection des sanitaires, la création de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite et la création d'une kitchenette pour le personnel. 

 ​​​​​​
La nouvelle borne d'accueil, en cours de construction, est traitée acoustiquement et permettra un meilleur accueil du public et de meilleures conditions de travail pour les agents.  


L'ensemble du hall du conservatoire est en train d'être réaménagé, les luminaires au plafond ont déjà été remplacés par des LEDs pour un meilleur éclairage.