Prolongement de la ligne 1 du métro - 25 mai 2022

Apres le voeu à la region, le vœu lors du ca d idfm a été adopté à l unanimité.
 
Prochaine etape, l adoption en juillet de la declaration de projet. Ensuite, il appartiendra à la prefecture de lancer ou pas la procedure de declaration d utilité publique...
 
Et bien sûr il faudra une ligne dans le cper.

Conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités du 25 mai 2022

Vœu de la Présidente relatif au prolongement de la ligne 1 à Val de Fontenay

Considérant l’inscription du projet de prolongement de la ligne 1 à Val de Fontenay au Schéma Directeur de la région Ile de France de 2013 et au Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 ;

 

Considérant l’évolution des besoins de déplacement et des projets de développement urbain sur le secteur de Val de Fontenay en lien avec les travaux du pôle multimodal de Val de Fontenay, du prolongement de RER E à l’Ouest, du prolongement du T1 et de l’arrivée de la ligne 15 Est à horizon 2030 ;

 

Considérant le rôle majeur du pôle de Val de Fontenay dans le développement de l’Est parisien ;

 

Considérant le désenclavement indispensable d’une partie des communes de Vincennes, Fontenay sous-Bois et Montreuil avec le prolongement de la ligne 1 ;

 

Considérant, dans le cadre des objectifs généraux de la transition énergétique, les bénéfices attendus de ce projet pour l’environnement, pour l’amélioration des déplacements des franciliens, pour le maillage du réseau et pour le rééquilibrage Est-Ouest du développement régional ;

 

Considérant la mobilisation des territoires concernés et des associations pour la réalisation de ce prolongement comme en attestent les résultats de la concertation conduite entre décembre 2014 et janvier 2015 dont le bilan a été approuvé par le conseil d’administration en 2015 ;

 

Considérant l’approbation à l’unanimité par le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités du 9 décembre 2020 du schéma de principe et du dossier d’enquête publique relatifs au prolongement de la ligne 1 à Val de Fontenay ;

 

Considérant le vœu (unanime) du conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités du 11 octobre 2021 en faveur du lancement de l’enquête publique ;

 

Considérant l’approbation par le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités du 9 décembre 2021, du dossier d’enquête publique complété à la suite des avis de l’Autorité environnementale et du Secrétariat général pour l’investissement ;

 

Considérant la mobilisation sans précédent qui s’est exprimée lors de l’enquête publique et du soutien des territoires ;

 

Considérant l’avis défavorable au prolongement de la ligne 1 émis par la commission d’enquête dans son avis du 11 avril 2022 qui relève toutefois que l’objectif poursuivi présente un caractère d’intérêt général ;

 

Les administrateurs : - Réaffirment leur soutien au prolongement de la ligne 1 à Val-de-Fontenay, dont l’intérêt général ne fait pas débat. Ils rappellent que ce projet concourt à l’ambition d’une réduction de la part des véhicules particuliers et s’inscrit dans les objectifs de développement durable de la région Ile-de-France. -

 

Demandent aux services d’Ile-de-France Mobilités de présenter une délibération pour le prochain conseil d’administration qui apporte des réponses aux conclusions rendues par la commission d’enquête et sollicite, sur cette base, le préfet du Val de Marne afin de prononcer la déclaration d’utilité publique du projet.

Réduction d'offre dans les transports franciliens - 25 mai 2022

Ce matin, je suis intervenu lors du Conseil d'Administration d'Ile-de-France Mobilités à propos des réductions d'offre de transport qui ont suivi le début de la pandémie.

Concrètement, aux réductions décidées par IdFM, s'est ajouté l'incapacité de certains transporteurs, en particulier le réseau bus de la RATP, d'effectuer la totalité du service demandé faute de conducteur.

Pour améliorer la situation, j'ai besoin de connaitre le maximum de cas concret. Faites-moi remonter vos observations et vos critiques afin que je puisse en faire part à IdFM.

Merci d'avance pour votre coopération,

Le Parisien, sous la plume de Laure Parny - 23 mai 2022

Un amendement déposé par la gauche, repris par la droite et finalement adopté à l’unanimité ! C’est dire si la question du prolongement de la ligne 1 du métro à l’est est importante pour les élus du conseil régional.
Ce vendredi, ils ont adopté, en commission permanente, un amendement au rapport « Développement et modernisation du réseau ferroviaire francilien ». Ils y redisent leur détermination à obtenir de l’État la décision de prolongement que les habitants du Val-de-Marne, et de Seine-Saint-Denis, notamment, attendent depuis des années.

Cet amendement arrive en réponse à l’avis défavorable émis par le commissaire enquêteur à l’enquête publique qui a eu lieu au début de cette année. Le 2 mai, ce dernier a rendu public un avis estimant les coûts de ce projet supérieurs aux bénéfices. L’enquête a démontré cependant, selon la commission, que l’objectif poursuivi par Île-de-France mobilités (IDFM) et la RATP, maîtres d’ouvrage du projet, « présente sans aucun doute un caractère d’intérêt général ».
L’opposition des défenseurs du bois de Vincennes, inquiets du nombre d’arbres à abattre pour réaliser le chantier de prolongement, avait été très forte. L’enquête publique a même battu des records de participation.
« Le préfet de région et l’État doivent prendre leurs responsabilités »
« C’est un élément majeur du développement des transports en Île-de-France qui est en jeu, a défendu Fabien Guillaud-Bataille (PCF), au nom du groupe Gauche Communiste Écologiste et Citoyenne du conseil régional, qui était à l’origine de l’amendement. Le besoin est immense, le préfet de région et l’État doivent prendre leurs responsabilités sur ce dossier. Un dossier dont la nouvelle Première ministre (Élisabeth Borne, ancienne ministre des Transports) n’ignore rien ! »
Le projet consiste à prolonger la ligne 1 de Château-de-Vincennes jusqu’à Val-de-Fontenay, en passant par Vincennes et Montreuil (Seine-Saint-Denis), et marquant l’arrêt aux Rigollots à Fontenay, aux Grands-Pêchers à Montreuil et, enfin, rejoignant les RER A et E et bientôt la ligne 15 Est du Grand Paris Express à Val-de-Fontenay.


« Nous sommes en phase et unanimes sur ce sujet », a commenté Stéphane Baudet (SE), vice-président de la région en charge des transports. L’amendement précise que « ce projet concourt à l’ambition d’une réduction de la part des véhicules particuliers et s’inscrit dans les objectifs de développement durable de la région Île-de-France ».
Pécresse veut « revoir les critères de rendement des projets urbains »
L’un des arguments qui a joué en la défaveur du projet ces derniers mois est l’avis du Secrétaire général à l’investissement, qui avait jugé le coût supérieur aux bénéfices pour les Franciliens. Ce qui a de nouveau fait réagir ce vendredi Valérie Pécresse (Libres !), la présidente de la région.
« Il y a un vrai problème sur ce point, a estimé la présidente à l’issue du vote de l’amendement. Il va vraiment falloir revoir les critères de calcul du rendement économique et social des projets urbains par le secrétaire général à l’investissement. Nous évoquerons cette question en réunion d’Île-de-France Mobilité. »
L’avenir du prolongement est désormais dans les mains des préfets du Val-de-Marne et de région, et de l’État.

La ligne 14 au sein du Grand Paris Express - 18 mai 2022

Maison Blanche, au cœur d’un quartier dense et dynamique, point d’entrée parisien, en correspondance avec la ligne 7 et le T3. Cette station offrira 2 accès côté impair, un accès côté pair via des accès en trémie de type métro parisien. Elle présente une émergence contenant des ascenseurs ainsi qu’un local à vélo de 176 places. L’emprise comprend l’intégration de la petite ceinture. Elle est la seule station qui ne comprend pas de véritable bâtiment voyageur seulement quelques émergences à contrario des autres gares.

 

Kremlin-Bicêtre Hôpital dessert Gentilly et Kremlin, construite sur une zone de carrière en sous-sol sur près de 2km de déclivité du terrain naturel. La construction s’articule avec les travaux du CHU en en préservant la continuité de l’activité.

 

Chevilly Trois Communes, Située à L’Haÿ les Roses au croisement des rue de Bicêtre, de Lallier et Paul Hochart, la gare étend sa desserte aux villes de Villejuif et Chevilly Larue, moteur économique pour les zones d’activité et d’emploi à proximité. Actuellement basée sur un terrain pavillonnaire, elle accompagne également le programme de renouvellement urbain des quartiers concernés. La station est à 21 m de profondeur sur 8 niveaux avec 2274 m2 d’espaces voyageurs et 6883m2 d’espaces techniques.

 

MIN Porte de Thiais aux portes du marché de Rungis, la gare s’insère dans un pôle économique majeur avec la future Cité de la gastronomie et les projets de ZAC Anatole France et du triangle des Meuniers. Connectée au T7, au TVM et à plusieurs lignes de bus, elle participera à la création d’un pôle de transport multimodal. A 30m de profondeur sur 6 niveaux, elle présente 3421 m2 de bâtiment voyageurs, 4792m2 d’espaces techniques et 247m2 de locaux pour le personnel. Elle comporte deux bâtiments voyageurs car les accès principal et secondaire se déploient de chaque côté. C’est l’entrée nord qui va présenter une correspondance parfaite avec le TLVM et le T7 de part et d’autre de l’entrée.

 

Pont de Rungis, située avenue du Docteur Marie à Thiais, la gare étend sa desserte aux villes de Rungis et d’Orly, connectée au RER C à Orlybus et plusieurs lignes de bus, elle accompagnera le développement de la zone industrielle Sénia et de la ZAC de Thiais. A 30m de profondeur sur 6 niveaux, elle présentera 3138m2 espace voyageurs et 6266m2 d’espaces techniques, et 242 M2 de locaux pour le personnel. Elle présente une réservation pour accueillir une nouvelle gare TGV type Massy qui se situerait entre les bâtiments voyageurs de la gare 14 et celle de la ligne C du RER.

 

Gare d’Orly : au cœur du pôle multimodal des aérogares d’Orly 1,2 et 3, la gare connectera les lignes 18 et 14 dont elle est le terminus.

Elle présente 3 émergences pour accéder aux aérogares ou à la gare routière et 4 niveaux sur 27m.

 

Le nouveau Site de Maintenance et de Remisage situé à Morangis. Sur une emprise de 64000m2 elle accueillera 6 voies de maintenance courante, 25 positions de garage. Le bâtiment de 10000m2 accueille un hall de maintenance de 5900m2, et 2495m2 de locaux logistiques et techniques et 700m2 de locaux administratifs et techniques. 2550m2 sont dédiés aux lavages des trains, dont 2000m2 pour l’aire couverte de grand nettoyage et 500 m2 pour le bâtiment machine à laver.

 

A la suite des demandes des collectivités, une étude hors projet regarde à préserver la possibilité d’extension du trafic voyageurs.

Lettre à la Présidence d'IDFM suite au résultat de l'enquête publique sur la ligne 1 - 17 mai 2022

… pour le prolongement à l’Est de la ligne metro-rigollots-valdefontenay.fr

 

A Madame Valérie Pécresse Présidente Ile-de-France Mobilités 39-41 Rue de Châteaudun 75009 Paris

 

Le 17 mai 2022, Madame la Présidente,

Le 2 mai 2022, la commission d’enquête sur le prolongement de la ligne 1 de métro rendait un avis défavorable malgré son caractère d’intérêt général.

 

Dans nos quartiers, cette annonce a suscité de l’incompréhension et de la sidération.

Cet avis à caractère consultatif reflète principalement des arguments contre le projet, en négligeant les plus de 4000 observations favorables et tous les aspects positifs de l’arrivée du métro.

 

De plus, cet avis s’évertue à comparer des coûts entre différentes lignes (calculés à différentes époques) sans même comparer les bénéfices socio-économiques et sans tenir compte des tensions engendrées actuellement par les travaux du Grand Paris Express.

 

La commission d’enquête reproche à IDFM, de ne pas étudier de solutions alternatives au projet de métro. Or, si l’on parle aujourd’hui, de construire un métro, c’est bien parce qu’IDFM a conduit une concertation.

 

Le porteur du projet a analysé cette solution comme étant la meilleure et même la seule envisageable. Sur la base d’un seul graphique des gains de temps, la commission d’enquête en arrive à analyser que l’intérêt public n’est pas suffisamment démontré.

 

Elle suit l’avis du SGPI qui préconise d’attendre 2 à 3 ans pour comprendre comment d’éventuelles évolutions des modes de travail pourraient influencer l’usage des transports.

 

La commission d’enquête remet en question systématiquement les simulations et prévisions d’IDFM.

 

Mais par contre, elle acquiesce face à la stratégie nationale bas carbone qui influence grandement le bilan écologique.

 

La mise en place d’une zone de faible émission a été retardée, démontrant que la transition n’est pas si simple.

 

Sur ce point, la commission d’enquête a clairement choisi de regarder ailleurs… En suivant la méthode d’analyse de cette commission d’enquête, nous craignons que les projets de métro soient remis en cause au détriment des habitants et de l’environnement.

 

Si, lors du prochain Conseil d’Administration d’IDFM, vous veniez à proposer un vœu et que celui-ci soit adopté, vous redonneriez à l’Est parisien et aux Franciliens plus largement, un espoir que les moyens de transport s’adaptent à l’essor de la population et des emplois.

 

Nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de notre très haute considération. 

Extraits du rapport de la commission d'enquête Prolongement du métro M1 à l'est - mai 2022
Rapport commission d'enquête_Extraits Pr[...]
Document Adobe Acrobat [180.7 KB]